La conception d’un moteur diesel est de nos jours très sophistiquée. Cette dernière vise à réduire au max la consommation, tout en tenant compte de la puissance. Le revers de la médaille ? Ce type de moteur est moins fiable et le cout des réparations est assez exorbitant. L’élément le plus fréquemment touché étant le système d’injection, il nécessite d’être vérifié périodiquement.

Fiabilité d’un moteur diesel

Autrefois, ces moteurs étaient des élites sur les véhicules à moteur. Ils pouvaient parcourir plusieurs milliers de kilomètres sans aucun problème, mais la consommation était considérable, doublée des grosses traces de fumées noires et infectes qui polluaient l’air à chaque coup de gaz. Les nouvelles voitures diesel sont plus respectueuses de l’environnement. Elles ne fument plus autant et consomment encore de moins en moins. Les pots d’échappement ne sont même plus recourbés vers le bitume pour recracher les résidus d’huiles, ils sont désormais plus visibles et moins cachés derrière les pare chocs. Cependant, il faut savoir qu’un véhicule récent équipé d’un moteur diesel est très loin d’être fiable contrairement aux plus vieux modèles, qui peuvent tenir la route tout au long de l’année.

Durabilité des éléments mécaniques

Revenons au système d’alimentation des nouveaux moteurs diesels, ils sont presque tous équipés d’un turbocompresseur, et ravitaillé par injection directe ordonné par un calculateur. C’est le turbo qui est donc l’élément primaire auquel le moteur doit toute sa puissance. Ne jamais négliger l’entretien de ces organes maitres, dans ce cas, car une panne de l’un ou de l’ensemble de ces pièces peuvent vous couter un max. En effet, un turbo endommagé coute dans les 1 000 euros et comptez encore 1 000 euros de plus pour une série de 4 injecteurs défaillants ou une pompe d’injecteur grippée.

Les tactiques à adopter pour bien entretenir un moteur diesel

Tout d’abord, la règle d’entretien général pour un moteur diesel et d’opter pour du gazole de bonne qualité. Un gazole de qualité premium coute certainement plus cher, mais contribue énormément au rendement du moteur et engendre un minimal d’encrassement au niveau du moteur. Ensuite, comme seconde règle, ne jamais laisser le réservoir presque vide. Pourquoi ? Parce qu’un réservoir presque vide engendre de la chaleur en été, qui favorise la condensation à l’intérieur et formera des gouttelettes d’eau qui se mélangeront au carburant. L’hiver, l’apparition de cristaux de glace à l’intérieur peuvent colmater les filtres et faire pousser de la moisissure qui entrainera forcément l’immobilisation de la voiture. Un moteur diesel déteste particulièrement l’eau, au risque de corrosion de la pompe, ainsi que des injecteurs, qui, comme nous le savons, coutent extrêmement cher à remplacer. Les moteurs diesels sont équipés de filtres qui retiennent l’eau qui pourrait s’infiltrer dans le réservoir. Purgez souvent ces filtres afin de vidanger le filtre à gazole. Vous diminuerez ainsi le risque d’infiltration d’eau dans les circuits. Ensuite, laissez le moteur atteindre sa température optimale, évitez de tirer un moteur à froid, roulez calmement sur une dizaine de kilomètres avant d’appuyer sur le champignon. Un régime moteur élevé sous basse température peut causer des dégâts sur les pièces en mouvement. Cela engendre aussi des défauts de combustion qui pourront encrasser les injecteurs. Une autre règle c’est de prendre soin de votre turbo, car ce dernier est lubrifié et refroidi par le même système que votre moteur. Evitez de couper le moteur à un intervalle défini dans ce cas, lorsque vous voulez vous garer. Laissez le moteur au moins tourner au ralenti et laissez le turbo s’arrêter avant de couper le contact.

Entretien d’un moteur diesel, comment s’y prendre ?

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *